6Bonjour,

Aujourd'hui, encore et toujours de la lecture... J'avoue avant de commencer que j'ai eu peur de prendre ce livre en main: 570 pages, petits caractères mais bon, l'auteur ne m'est pas inconnu et j'avoue que dès les premières pages, j'ai été prise au jeu et l'envie insatiable de connaitre la suite.

Eux, c'est Lucie Henebelle et Franck Sharko, flics aux 36 quai des Orfèvres, unis à la ville comme à la scène, parents de deux petits garçons.
Lucie n'a pas eu le choix : en dehors de toute procédure légale, dans une cave perdue en banlieue sud de Paris, elle a tué un homme. Que Franck ignore pourquoi elle se trouvait là à ce moment précis importe peu : pour protéger Lucie, il a maquillé la scène de crime. Une scène désormais digne d'être confiée au 36, car l'homme abattu n'avait semble-t-il rien d'un citoyen ordinaire et il a fallu lui inventer une mort à sa mesure. 
Lucie, Franck et leur équipe vont donc récupérer l'enquête et s'enfoncer dans les brumes de plus en plus épaisses de la noirceur humaine. Cette enquête autour du meurtre qu'à deux ils ont commis pourrait bien sonner le glas de leur intégrité, de leur équilibre, et souffler comme un château de cartes le fragile édifice qu'ils s'étaient efforcés de bâtir.

Vous allez me dire encore un policier, toujours pareil... Et bien non, parce que là on touche à l'ésotérisme en même temps, des sectes sataniques, des cadavres de chats noirs... Bref, de quoi alimenter nos petites peurs ancestrales.

Et quand la réalité rejoint la fiction par le biais de maladies qui pourraient exister, des établissements français du sang... On se pose encore de nombreuses questions.

Pour finir un roman qui se lit très bien, des petits chapitres de 3 à 7 pages qui se terminent à chaque fois sur une envie irresistible de savoir ce qui se passe à la page suivante.

Et les 570 pages avalées en moins de 3 jours...

Sur ce, bonne journée, bizzz et à bientôt.