6


Bonjour, 

Aujourd'hui 2 lectures à vous proposer, 2 livres assez courts, rapides dont un qui devrait être mis entre les mains des ados mais je vous en parle à la fin.

Le premier qui au contraire devrait être lu par toute femme d'âge mur!

«  À quarante-sept ans, je n’avais toujours aucune ride du lion, du front, aucune patte d’oie ni ride du sillon nasogénien, d’amertume ou du décolleté; aucun cheveu blanc, aucune cerne; j’avais trente ans, désespérément.  » 
Il y a celle qui ne vieillira pas, car elle a été emportée trop tôt.
Celle qui prend de l’âge sans s’en soucier, parce qu’elle a d’autres problèmes.
Celle qui cherche à paraître plus jeune pour garder son mari, et qui finit par tout perdre.
Et puis, il y a Betty.

Dans ce livre, on découvre Martine, devenue Betty, qui a perdu sa mère très jeune alors que celle-ci avait juste 30 ans. Betty va devoir apprendre à grandir sans le regard, ni l'aide de sa mère, juste avec un père qui a été marqué par la guerre. Et puis à 30 ans, Betty va arrêter de vieillir et ce qui aurait pu être une bénédiction devient son fardeau.

Quand on a 20 ans, on se dit qu'on a la vie devant soi. A 30, on commence à se dire qu'on prend de l'âge mais qu'on acquiert de l'expérience; et puis souvent, c'est l'âge où les enfants sont là et on est plus centrée sur eux que sur soi. A 40 ans, on commence à se voir vieillir plus vite. Les 50 je ne peux pas vous en parler, je ne les ai pas encore atteints. 

Mais dans tous les cas, écoutez toutes les femmes, elles vous parleront souvent de leur peur de vieillir, de voir leur jeunesse s'envoler. Qui n'a jamais fait de couleur pour cacher ses premiers cheveux blancs (même si c'est à la mode actuellement), qui n'a jamais pensé à des injections, des liftings. Qui ne fait pas de sport pour essayer de se garder jeune et en forme.

Et bien, avant de vouloir arrêter le temps, on devrait prendre le temps de lire ce livre qui nous montre combien il est important de vieillir et d'accepter chaque étape de notre vie. Bref, une belle leçon de vie justement. 

Le second que j'ai pris sans me rendre compte qu'il était pour adolescent mais qui au final a été agréable à lire (bon, je l'ai dit, c'est pour ados, n'y cherchez pas de la grande littérature non plus). Et puis le sujet est plus qu'intéressant.

Imaginez un monde où la loi oblige à être heureux à tout prix...

Silas vit dans une société où tout est fait pour vivre sereinement. Chaque jour, la Cellule d'Éradication de la Douleur Émotionnelle efface les souvenirs douloureux. Plus de deuil ou de dépression, juste un point bleu au poignet comme signe d'une souffrance évitée. Sur le Réseau, les gens partagent tous leurs faits et gestes, " veillant " les uns sur les autres. Silas est un grand romantique : il préfère garder pour lui les moments intenses de sa relation avec l'incandescente Astrid... Mais quand sa petite amie se fait renverser par une voiture, il est immédiatement emmené par les agents de la CEDE.
Pour oublier.

Silas vit surtout dans une société où l'on est obligé d'être sans arrêt sur le réseau, à parler de soi, de ses émotions. Et lorsqu'on n'y poste plus, les gens s'inquiètent, envoient les médecins car, on ne sait jamais, on pourrait être malheureux. Mais justement, pourquoi n'aurait-on pas le droit d'être malheureux, de vivre sa vie pleinement avec ses joies mais aussi ses peines.

Un livre à faire lire aux ados accros aux réseaux sociaux pour leur faire découvrir que la vraie vie peut être ailleurs et qu'à trop se montrer, on finit par se perdre. Et puis aussi aux adultes qui, aujourd'hui, veulent la perfection dans chaque chose. 

Mais la perfection malheureusement n'existe pas, on doit passer par des moments un peu plus durs pour savourer les petits bonheurs de la vie sinon, comment saurait-on qu'on est heureux? 

Bref, 2 livres pour méditer et réfléchir sur notre société actuelle. 

Sur ce, passez une belle journée, et à bientôt.