22 avril 2019

Ca peut faire peur pour notre évolution...

Bonjour, 

Aujourd'hui, pas de broderie, pas de couture.. Non aujourd'hui, je viens vous parler de lecture. 

J'avais déjà lu Sapiens, Homo Deus et donc dès que j'ai vu celui là à la médiathèque, je me suis ruée dessus. 

Après Sapiens qui explorait le passé de notre humanité et Homo Deus la piste d'un avenir gouverné par l'intelligence artificielle, 21 leçons pour le XXIe siècle nous confronte aux grands défis contemporains.Pourquoi la démocratie libérale est-elle en crise ? Sommes-nous à l'aube d'une nouvelle guerre mondiale ? Que faire devant l'épidémie de « fake news » ? Quelle civilisation domine le monde : l'Occident, la Chine ou l'Islam ? Que pouvons-nous faire face au terrorisme ? Que devons-nous enseigner à nos enfants ?Avec l'intelligence, la perspicacité et la clarté qui ont fait le succès planétaire de ses deux précédents livres, Yuval Noah Harari décrypte le XXIe siècle sous tous ses aspects - politique, social, technologique, environnemental, religieux, existentiel... Un siècle de mutations dont nous sommes les acteurs et auquel, si nous le voulons réellement, nous pouvons encore redonner sens par notre engagement. Car si le futur de l'humanité se décide sans nous, nos enfants n'échapperont pas à ses conséquences.

Alors j'ai appris des trucs "drôles" comme le fait que le terme d'Hocus Pocus vienne du latin "Hoc Est Corpus". Effectivement, à l'époque du Moyen Age, les prêtres faisaient de la magie en transformant du pain en corps du Christ, pourquoi avec la même phrase, mal comprise par les paysans, ne pas transformer une grenouille en prince. 

Ceci pour la petite anecdote mais pour le reste, ça fait encore réfléchir sur notre époque et moi qui travaille avec des enfants et qui m'inquiète de plus en plus de ce qu'ils peuvent apprendre aujourd'hui et surtout sur leur appétence au savoir et à ce qu'ils peuvent devenir plus tard avec ce qu'ils acquièrent durant leur scolarité, et bien je peux vous dire que ce livre fait encore plus peur quant à leur avenir. 

Que ferons-nous des personnes qui n'auront pas un niveau suffisant quand tous les travaux de base seront faits par des machines. Cela m'interpelle sur ce qui se passe actuellement dans les usines: des ouvriers qui se plaignent que des charges sont trop lourdes et donc voudraient des robots pour les aider. Mais on peut aussi se dire que quitte à mettre des robots pour les aider, on peut aussi mettre des robots pour faire à leur place et dans ce cas, que devient leur travail? Que deviennent-ils? De quoi vont-ils vivre? 

Des pays ont mis en place des revenus minimums mais où s'arrête aujourd'hui le minimum? 

Je lisais l'autre jour un autre article où une personne parlait d'aider les plus démunis mais dans le même temps, elle se posait la question de savoir, aujourd'hui qui étaient les plus démunis? Sont-ce ceux qui n'ont pas assez pour avoir un toit sur la tête, ceux qui n'ont pas assez pour avoir à manger chaque jour dans leur assiette, ceux qui n'ont pas assez pour partir en vacances tous les ans, voir à chaque vacance? (mais dans ce cas, je peux déjà me placer dans le camp des démunis... à méditer...)

Ce n'est pas forcément un livre qu'on lit d'une traite, je pense qu'il serait judicieux de l'avoir dans sa bibliothèque pour en relire des passages de temps en temps tout comme les 2 premiers. Dans tous les cas, à lire surtout dans notre époque mouvementée actuellement avec tous les problèmes sociaux, de terrorisme, de croyances, de tolérance ou autres.

Sur ce, je vous quitte, passez une bonne journée et à bientôt. 

Posté par lilofe01 à 11:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]