06 août 2019

Presque 1 par jour....

th9J3L8Z4B

Bonjour, 

Comment allez vous en ce début de mois d'août?

Aujourd'hui comme vous vous en doutez, c'est encore de lecture que je viens vous parler. Et comme le titre l'indique, il va y en avoir beaucoup (mais je ne vous montrerai pas tout en une fois, cela ferait trop). En effet, je lis quasiment un livre par jour en ce moment. Certains vont me dire "mais tu n'as que ça à faire?" Bien, quand votre dos fait encore des siennes et que vous vous retrouvez le plus souvent allongée, j'avoue qu'il ne me reste pas grand chose d'autre. Et puis ma médiathèque a eu la bonne idée de me prêter une liseuse pour les vacances (pour tester). Alors j'avoue que je préfère mes livres papiers mais la liseuse a l'avantage d'être très légère et puis, dedans, il y a environ 130 livres... Ca permet de voir venir et d'essayer des ouvrages qui je l'avoue, ne m'aurait pas forcément tenté si je les avais croisés au détour d'une étagère. 

Alors on commence? Je vous en mets combien aujourd'hui? 3-4? Allez 5 maxi et on verra dans les jours qui viennent pour la suite.

Pour commencer 

À Paris, au Moyen Âge, un bâtiment singulier borde la rue de l’Ave Maria, dans le Marais : le grand béguinage royal, fondé par saint Louis. Dans ses murs, vit une communauté de femmes hors normes. Veuves ou célibataires, nobles ou ouvrières, elles peuvent étudier, travailler, circuler librement dans la cité. Mais en 1310, la sérénité du béguinage est troublée par l’exécution en place de Grève de Marguerite Porete, une béguine de Valenciennes brûlée vive pour avoir écrit un livre qui compromet l’ordre établi… C’est là que commence le roman, alors que le royaume de Philippe le Bel amorce son déclin et que les persécutions contre les Templiers se multiplient. Ysabel, responsable de l’hôpital, vit là depuis vingt ans lorsque la jeune et rousse Maheut s’y réfugie. Celle-ci fuit des noces imposées par son frère, et la traque d’un inquiétant moine franciscain. Son arrivée est mal accueillie par la majorité des femmes du clos : les cheveux roux ne sont-ils pas l’oeuvre du Diable ? Dame Ade, qui aspire à se tenir en retrait du monde depuis la mort de son mari, regarde elle aussi avec méfiance la nouvelle venue. Ysabel est obligée de cacher sa protégée ailleurs dans la cité… Ce n’est que le début d’un saisissant suspense qui nous emmène dans une époque charnière d’une étonnante actualité.

 

Je ne connaissais pas du tout ces "beguines". Ce livre m'a permis de découvrir leur histoire. Pour le reste du livre, une histoire à suivre mais rien de transcendant si l'on n'aime pas le côté historique. Allez je lui mets 12/20...

« Avec le développement de l’information santé sur internet et dans tous les médias, l’hypocondrie se porte bien !
Inconvénient : elle déverse des tombereaux d’anxiété sur toutes celles et tous ceux qui veulent vivre mieux et le plus longtemps possible. On est tenté de penser au pire au moindre pépin. Dans l’immense majorité des cas, on se trompe. Et mon expérience de médecin me le prouve : il suffit de se pencher avec un peu de sérieux sur les symptômes que présente le patient pour, très souvent, constater qu’il a surinterprété les choses.
Ce livre, je l’ai écrit pour vous rassurer, vous convaincre que ce dont vous souffrez n’est peut-être pas si grave, vous dire que oui, vous allez mourir, mais pas forcément tout de suite !
Je ne prétends pas rivaliser avec Molière et son inoubliable Malade imaginaire mais, vous verrez, le décalage qui existe entre vos craintes et la réalité est parfois assez cocasse… »
  M. C.

Alors là j'avoue, il y a certaines personnes à qui j'adorerais offrir ce livre. Déjà Michel Cymes a une façon bien particulière de nous livrer ses secrets mais il a l'art de nous expliquer que tout ce qui nous fait peur ne le devrait pas. Non, non, vous n'avez pas de tumeur, non vous n'êtes pas atteint de folie ou d'Altzheimer, en tout cas pas encore... Bref, si vous voulez rire de vos petits bobos, lisez ce livre. Et pour certains, je suis sur que cela les rassurera vraiment. Note: 18/20!

De retour dans les Cotswolds après de longues vacances, Agatha Raisin découvre que son voisin James Lacey, objet de tous ses fantasmes, est tombé sous le charme d'une nouvelle venue au village. Aussi élégante qu'amusante, Mary Fortune est une jardinière hors pair, et la journée portes ouvertes des jardins de Carsely s'annonce déjà comme son triomphe. Mais une Agatha Raisin ne s'incline pas avant d'avoir combattu (quitte à se livrer à l'une de ces petites supercheries peu reluisantes dont elle a le secret) !
C'est alors que la belle Mary est retrouvée morte, enfoncée tête la première dans un de ses grands pots de fleurs. De toute évidence, Agatha n'était pas la seule à souhaiter la disparition de sa rivale...

Agatha Raisin, je connais, j'en ai déjà lu plusieurs. Je sais que cela ne va pas être de la grande littérature mais qu'au moins, cela aura le mérite de me faire passer le temps sans m'ennuyer. Donc si vous ne connaissez pas, vous pouvez tenter, mais ne vous attendez tout de même pas à du Agatha Christy. Note 14/20 (pas pour le niveau mais parce qu'on sait ce qu'on cherche)

Laura se pose beaucoup de questions. Comment réussir sa vie ? Est-il possible de manger tout ce que l'on aime sans prendre dix kilos ? Comment trouver l'amour ? Trop de doutes pour être heureuse, trop d'envies pour se contenter du banal... Jusqu'au jour où un accident va complètement effacer sa mémoire. La voilà à nouveau débutante face à la vie, obligée de tout redécouvrir : les bonbons, les soutiens-gorges, les garçons, l'électricité et les lois qui gouvernent l'Univers... Libérée des a priori, portée par un coeur affamé et un cerveau qui se cherche, Laura entame une aventure unique et hilarante. En ne sachant plus rien, elle a peut-être enfin une chance de devenir elle-même... Gilles Legardinier confirme brillamment qu il n'a pas son pareil pour allier le rire à l'émotion. Qui n'a jamais rêvé de tout oublier pour recommencer ? Attention : les scènes de cette comédie sont vécues par des non-professionnels, il est vivement conseillé de les reproduire chez vous !

Legardinier j'aime bien! On ne se prend pas la tête lorsque l'on lit ses livres et celui là, j'ai beaucoup apprécié. Il est drôle et pétillant et permet de passer un très bon moment. Laura est tombé d'un poney et depuis a perdu la mémoire mais toute la mémoire, elle ne se rappelle pas des gens mais pas non plus de tout ce qui est important dans la vie. Si! Elle se souvient que les bonbons c'est bien meilleur que les haricots verts et qu'il faut surtout profiter de chaque moment et ne pas se prendre la tête. Et puis un inconnu va lui avouer son amour et là on cherche, on attend de savoir qui est ce parfait inconnu. Bref, un bon livre à mettre dans sa valise de vacances. Note : 15/20

Mystérieusement abandonnée chez des paysans cévenols, la petite Elise y a vécu l'enfer. Fruit d'un amour sincère, née sous l'Occupation, elle veut retrouver son père et rendre à sa mère sa dignité bafouée...

En 1956, Adèle Gensac occupe son premier poste d'institutrice à Saint-Jean-du-Gard, au cœur des Cévennes. Parmi ses élèves, l'une se distingue : Elise, dix ans, aux yeux pleins de douceur, brillante mais muette. Et née de père inconnu. Une double singularité que sa mère, Lucie Rochefort, malgré les ragots et les médisances, assume au regard de tous. Au fil du temps, une connivence s'établit entre Adèle et Lucie. Ne montrent-elles pas toutes deux une indépendance d'esprit et d'action rare pour l'époque ?
Un jour, l'institutrice se voit confier le journal intime d'Elise qui y a consigné ses plus lointains souvenirs. Terribles. Violents. Douloureux. Que sa mère, elle-même, ignorait...
Quel mystère entoure la naissance d'Elise ? Quelle est la véritable histoire de Lucie Rochefort ?
Adèle tiendra-t-elle la promesse faite à Elise pour qu'enfin s'apaisent les tourments du passé ?

A la lecture du résumé du livre, je me suis dit que cela pouvait être intéressant. Déjà cela parlait d'une enseignante et j'aime bien lire des livres sur mon mêtier... Mais après les 100 premières pages, je me suis lassée. C'est long, très long, trop long. Il y a trop de détails. Bref, j'ai voulu savoir la fin mais je n'y arrivais plus alors j'avoue, arrivée à la 250ème page, j'ai lu en diagonale. Et la fin, moui, bon, bof... On n'y croit pas trop... Cela parait tellement surfait. Bref, je ne le recommande pas. Note 6/20.

Voilà je m'arrête pour aujourd'hui, cela en fait déjà beaucoup. 

Sur ce, je vous quitte, passez une belle journée et à bientôt!

Posté par lilofe01 à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]