18 mars 2018

6 livres depuis le 20 février

thW6ZSCVX3Bonjour

Et oui, déjà 6 livres lus depuis le 20 février. Il faut dire que le temps dehors n'est pas très engageant et qu'il est bien plus tentant de rester au chaud avec une bonne lecture.

Donc quelques livres en plus, certains très biens, d'autres un peu moins...

Alors on commence? 

Tout d'abord les romans:

Et celui que je ne pouvais pas louper, le dernier Dan Brown

Robert Langdon, le célèbre professeur en symbologie, arrive au musée Guggenheim de Bilbao  pour assister à la conférence d'un de ses anciens élèves, Edmond Kirsch, un éminent futurologue spécialiste des nouvelles technologies. 
  La cérémonie s'annonce historique car  Kirsch s’apprête à livrer  les résultats de ses recherches qui apportent  une réponse aux questions fondamentales sur l'origine et le futur  de l’humanité.

Mais  la soirée va brusquement virer au cauchemar. Les révélations de Kirsch risquent d'être perdues à jamais.  Contraint de quitter précipitamment Bilbao, Langdon s'envole pour Barcelone en compagnie d'Ambra Vidal, la directrice du musée. Ensemble, ils vont se lancer en quête d'un étrange mot de passe qui permettrade dévoiler au monde la découverte de Kirsch. 
Mêlant avec bonheur codes, histoire, science, religion et art, Dan Brown nous offre avec Origine son roman le plus ambitieux et le plus étonnant.
J'avoue que comme d'habitude, on n'est pas déçu par Dan Brown et qu'on n'a de cesse de le finir pour savoir la fin. Par contre, après avoir lu Homo Deus, je me dis qu'actuellement, nombre d'auteurs surfent sur la même vague et c'est un peu dommage mais bon, c'est la question du siècle, qu'allons nous devenir? 
Et petit truc quand vous lirez ce livre, gardez internet à portée de main car je ne sais pas vous mais, personnellement, quand je lis des histoires qui se passent à certains endroits connus (ou plutôt réels mais inconnus de ma petite personne), j'aime bien me faire une idée de ce à quoi cela ressemble. Et comme ici, l'histoire se passe à Barcelone, au musée de Bilbao et aux alentours, j'ai voulu à chaque passage visualiser les oeuvres ou les endroits choisis. Cela prend un peu de temps mais j'ai fait de belles découvertes.

Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.

Je sais, vous allez me dire, encore une histoire gnan gnan, forcément, ils vont tomber amoureux et ça va bien finir... Et bien...... pas tout à fait. En tout cas, même si certains appeleraient cela du roman de gare, j'ai beaucoup apprécié ce petit roman. Et un livre qui fait du bien par les temps qui courent, ça ne fait pas de mal! 

Ex-père au foyer en plein divorce, hanté par un passé aussi lourd à porter que son nom, Benjamin Benjamin se retrouve du jour au lendemain aide-soignant. En charge de Trev, un adolescent à l'imagination débridée cloué dans un fauteuil roulant, il plonge tête la première dans les joies du soin à domicile.

La réunion de ces deux êtres cabossés par l'existence, commentateurs assermentés des formes de Miss Météo, passionnés de musée de la Mortadelle et de dahus empaillés, ne pouvait les mener qu'à une seule chose: envoyer un jour ou l'autre tout balader. Préférant la route des grands espaces à la routine des petites galères, ils embarquent à bord d'un minibus, en quête des sites touristiques les plus saugrenus du pays. Sur le chemin, ils rencontreront Dot, jeune punkette révoltée, Peaches et son doux sourire, Elton et son idée de génie, mais aussi un espion, un yéti et une marmotte sodomite.

Vous allez me dire que je surfe sur le handicap mais bon, ce n'est pas voulu et contrairement au livre précédent où on a tendance à sortir les mouchoirs, ici, c'est plutôt l'inverse. Bref, pas de philosophie poussée dans ce livre mais un bon moment à passer avec des personnages totalement déjantés!

Des étoiles plein les yeux, l'innocente Filiz, treize ans, demande à l'arbre sacré de son village reculé de Turquie si le jeune Yunus deviendra son mari. La réponse ne tarde pas. Le mariage est un tourbillon. Il sera consommé dès la fin de la découpe du gâteau blanc meringue avec le rituel du drap taché du sang de la "petite vierge". Très vite, tout est noyé de bleu dans le quotidien de la jeune fille. Yunus s'emporte fréquemment contre son épouse, sous le toit de l'"araignée", la mare du garçon. Alternant silence dédaigneux et méchanceté tranchante, la belle-mère et le mari, fort de son droit d'époux, tissent une toile de terreur qui emprisonne Filiz, recluse dans sa condition de femme mariée. La sexualité conjugale est viol quotidien Les bijoux bleus ne tardent pas à recouvrir son corps, sur lequel, au gré des fractures, apparaissent bientôt des reliefs, fruits de la tyrannie exercée par Yunus. Et le ventre s'arrondit. Trois fois. Pour trois enfants issus d'un foyer à feu et à sang. Puis c'est l'exode vers l'Autriche. La rencontre avec la langue allemande, les jeans, l'apprentissage de la conduite, les femmes aux cheveux découverts et détachés. Une lueur d'espoir. Basé sur des faits réels, baigné de couleurs et de lumière, et d'une extraordinaire poésie, ce roman donne forme et voix à une violence comme ritualisée, trop souvent tue.

Pour finir avec les romans, un petit livre, très rapide à lire (fini en une soirée) mais très dur également. Mais d'un autre côté, on se dit que cela ne se passe pas que là bas malheureusement et qu'encore trop de femmes sont sous le contrôle total de leur mari et encore plus dans certaines nationalités. A lire pour ne pas oublier que cela se passe souvent à notre porte. 

Ensuite les livres un peu plus psychologiques:

Qu'est-ce qui est le plus clairvoyant, votre cerveau ou vos tripes ? Nous connaissons aussi ce refrain familier : "Vous êtes trop émotif, essayez de penser rationnellement ". Mais... est-ce toujours de bon conseil ?

Je dois dire que je m'attendais à mieux de ce livre. On apprend des choses, c'est certain mais je trouve qu'il cumule plus d'exemples (souvent assez complexes d'ailleurs) mais ne donne pas de concret et ne nous aide pas à nous servir de toutes ces émotions qui nous assaillent. 

Par contre, j'ai appris un truc: pour les messieurs, sur la main droite, comparez la taille de l'annulaire et de l'index (l'index devant être plus petit normalement). Plus la différence de taille est importante, plus cet homme a une forte concentration de testostérone. Et les zoms qui pensaient que c'était la taille de leur... qui importait, n'importe quoi! Il faut regarder les mains pas en dessous de la ceinture! 

Pour continuer sur ce genre de livre:

Cet ouvrage est un guide pratique et concret qui met la morphopsychologie à la portée de tous.
Abondamment illustré (52 dessins et 200 photos), il présente la morphopsychologie d une manière simple et progressive.
S appuyant sur les recherches de Louis Corman (le fondateur), son originalité réside dans la façon de présenter cette discipline (le modèle de la pyramide).

Je vous le dis de suite, je n'ai rien compris à ce livre. Enfin rien compris... Des visages sont détaillés mais à nous d'être juges et on ne nous donne pas de carte précise pour les comprendre. je trouve donc que l'auteur a surtout voulu faire savoir qu'il savait faire et qu'on pouvait travailler en allant par exemple à des séminaires organisés par lui-même ou des confrères... Bref, heureusement que je ne l'ai pas acheté, cela n'aurait pas été un bon investissement. 

Voilà, tout ça en moins d'un mois, ça fait un bonne moyenne..

Et vous, vous allez lu quoi dernièrement? 

Sur ce, je vous quitte, passez une bonne fin de week end et à bientôt!

Posté par lilofe01 à 18:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


22 février 2018

Et de 5!

Bonjour, 

Aujourd'hui, je reviens vous parler d'un grand projet que j'ai commencé, il y a déjà plusieurs années... Mais bon, quand on aime, on ne compte pas...

La dernière fois que je vous en avais parlé, nous en étions à 99 carrés réalisés. Pour une petite piqure de rappel, allez voir là! 

J'ai donc voulu profiter des vacances  (et de ce que la machine était sortie pour les coussins de la demoiselle) pour continuer un peu.

J'ai donc commencé à coudre les bandes de 9 carrés et puis ensuite il a fallu coudre les bandes ensemble. Et aujourd'hui j'en suis à 5! Déjà pas si mal, qu'en pensez-vous? Surtout que sur la longueur, on n'est pas loin des 100 épingles à mettre en place.

Si, si, je vous assure, il est grand, la preuve sur mon lit: 

IMG_0054

J'ai même voulu le prendre du dessus mais impossible même en montant sur mon lit, de l'avoir en totalité:

IMG_0055

IMG_0056

Alors je l'ai remis par terre, mais même là, à part en biais, je n'y arrive pas.

IMG_0057

Et là où je suis contente, c'est que désormais on voit bien les cercles que doivent former les dessins:

IMG_0058

par contre, et là je vais faire appel aux pro du patch, j'ai un souci avec les jointures. Autant au niveau des côtés d'étoile, ça va, autant les morceaux clairs, impossible de les mettre en face. Ca gondole... Et pourtant je mets un paquet d'épingles et je repasse! 

Alors si vous avez un truc, je suis preneuse parce que je me demande comment je vais quilter après.

Sur ce, je vous quitte, bonne fin de journée et à bientôt! 

Posté par lilofe01 à 16:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 février 2018

Terminé en moins de 2 jours!

1

Bonjour, 

Aujourd'hui, après la couture d'hier, je reviens vous parler d'un livre que j'ai terminé en moins de 2 jours! 

Il s'agit de celui-ci: 

Lorsque j'ai vu la couverture, je me suis dit que ça allait parler de personnes qui se retrouvaient coincées dans un endroit perdu ou alors que certains allaient essayer de se passer de leur tablette. Comme quoi, on est souvent surpris par le 4ème de couverture... 

Quoi qu'avec le recul, en y regardant bien, les 3 personnages en bas sont sur du rouge, et ce rouge, si on s'y attarde, on peut voir que c'est une tache. Tache rouge, tache de sang?? Pourquoi pas. 

Et là on va lire l'arrière et on trouve ça:

Mutée disciplinairement à New York, Colorado, un petit village raciste du fin fond de l'Amérique, sans couverture mobile et où il ne se passe jamais rien, la lieutenant de police de couleur noire, à forte corpulence, Agatha Crispies a trouvé un échappatoire à son désoeuvrement dans l'animation d'un club de lecture au sein du commissariat. Mais alors qu'elle désespérait de pouvoir un jour enquêter à nouveau sur un meurtre autre que celui d'un écureuil, une série d'effroyables assassinats et disparitions viennent (enfin) troubler la tranquillité des lieux, mettant à l'épreuve ses connaissances littéraires. Puértolas signe un drôle de thriller loufoque, un poilar !

J'ai adoré ce livre. On ne sait jamais à quoi s'attendre. Déjà rien que les noms de chapitre à rallonge donnent envie. 

Et puis on nous parle de littérature (le livre est rempli d'anecdotes sur les livres et les auteurs connus) puis de meurtre, tout ça dans un style très drôle. 

Bref, on suit avec plaisir l'enquête d'Agatha crispies comme Christie et pas comme les corn flakes et du sherrif Mc Donald. On rencontre ensuite un médecin légiste, des écureuils radioactifs, un bucheron beau comme un dieu, une réceptionniste un peu bébette qui pour ne pas le paraitre va dans le village voisin chercher sur FB des informations sur Guerre et Paix et encore bien d'autres.

Qui plus est la fin est totalement rocambolesque. En clair, un livre à se procurer pour passer un bon moment.

Et pour vous donner encore plus envie de le lire, quelques citations choisies:

- La victime a mangé des lentilles avant d’être sauvagement assassinée ! lança le médecin légiste en guise de salut lorsqu’il entra dans la salle de bains.
Les deux policiers se regardèrent un instant, immobiles pendant que l’homme s’inclinait avec une grimace de dégoût au-dessus de la baignoire.
– Vous êtes impressionnant, docteur ! s’exclama Agatha, soufflée. Comment avez-vous pu déduire cela d’un simple coup d’œil ?
– La table n’est pas débarrassée dans la cuisine, expliqua le coroner, et il y a encore des lentilles dans la casserole. J’en ai goûté une cuillerée, elles sont très bonnes. Vous devriez aller y faire un tour avant que les employés de l’entreprise funéraire n’arrivent et ne mangent tout. Ce sont de vrais vautours.  

Ils ont découvert ce qui fait grossir dans les hamburgers, l'informa Agatha.vous ne devinerez jamais. La petite rondelle de tomate...
Les sourcils du superintendant se levèrent sous l'effet de la surprise. Il regarda son assiette, perplexe.
- Maintenant j'enlève la tomate, reprit-elle. Et je mets double ration de ketchup pour compenser.

Agatha était une jeune femme de trente-cinq ans qui en imposait quand elle entrait quelque part. Par son «ampleur», d'abord, car elle n’était que de formes et ne laissait guerre de place autour d'elle. Des seins et un postérieur aussi démesurés que les promesses d'un candidat à la présidence. Par la couleur de sa peau, ensuite, d'un noir de jais, exotique dans ce coin de l'Amérique profonde, voire très profonde. Par son look, enfin. Une énorme boule de cheveux frisés qui reposait sur sa tête comme un nid de cigognes (dans laquelle elle plantait quelquefois un peigne afro, ce qui n’était pas le cas aujourd'hui), des boucles d'oreilles en forme d'ananas, un tee-shirt et un jean extra-moulants afin de mettre en valeur les formes décrites ci-avant et qui semblaient toujours sur le point de craquer. Pour résumer, Agatha Crispies, c’était Whitney Houston après un régime cassoulet et relooking extrême par Bananarama.

Alors, ça donne envie?? 

A vous de voir... Sur ce, bonne fin de journée et à bientôt!

Posté par lilofe01 à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2018

C'est pas moi qui l'ai fait...

 

thXK9W6061

Alors, quoi de neuf par ici? 

Enfin aujourd'hui, un peu autre chose que de la lecture sur ce blog. C'est vrai ça! Au départ, il n'était vraiment pas fait pour cela, mais bon... A défaut de le fermer, autant y mettre quelque chose.

Mais donc comme je le disais, enfin du neuf... 

Et comme le titre l'indique, ce n'est pas moi qui l'ai fait... Je ne sais pas vous mais moi ce titre me rappelle une pub pour une "boisson" au citron. Vous savez quand les 2 filles sont dans la piscine et que l'une dit à l'autre que sa citronnade est trop bonne... Bon si ça ne vous dit rien tant pis, passons et revenons à nos moutons. 

Il y a quelques temps, ma fille a décidé de changer sa décoration de chambre et de se mettre au rythme de la capitale. Ne cherchez pas pourquoi, les magasins de décos et de linge de lit etc... sauraient très bien vous répondre. Toujours est-il qu'elle a voulu changer ses housses de coussin.

Alors samedi, nous sommes allées chez MT et nous avons trouvé du tissu avec ça: 

IMG_0050

ou ça: 

IMG_0051

 

Et quand je dis que ce n'est pas moi qui l'ai fait, c'est tout simplement parce qu'après avoir payé le coupon, je lui ai dit qu'elle allait devoir faire un peu "toute seule". Alors, attention, je ne l'ai pas laissée seule devant la machine, j'ai tout installé, on a coupé ensemble, repassé ensemble mais pour la couture, c'est elle. 

Et voilà le résultat: 

IMG_0052

IMG_0053

2 jolies housses de coussin portefeuille. (avec le recul, je me dis que nous aurions du faire l'ouverture dans l'autre sens mais quand le tissu est coupé, le tissu est coupé!)

Ma fille est ravie du résultat et en plus très fière de pouvoir dire à ses copines: "c'est moi qui les ai faites!"

Sur ce, je vous quitte, passez une bonne fin de journée et à bientôt!

Posté par lilofe01 à 16:52 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

18 février 2018

3 livres pour le prix d'un....

thIBHRGBHPBonjour, 

Comment allez-vous par ici? 

Je profite des vacances pour vous parler de 3 livres que je viens de finir, pas avec le même enthousiasme d'ailleurs.

Le premier qui m'a énormément plu: 

Trois femmes, trois âges, trois amies que les hasards de l'existence et les épreuves ont rapprochées dans un lieu comme aucun autre. Trois façons d'aimer. Aucune ne semble conduire au bonheur. Séparément, elles sont perdues. Ensemble, elles ont une chance. Accrochées à leurs espoirs face aux tempêtes que leur réserve le destin, avec l'énergie et l'imagination propres à celles qui veulent s'en sortir, elles vont tenter le tout pour le tout. Personne ne dit que ça ne fera pas de dégâts... Fidèle à son humanité et à son humour, grâce à son regard unique fait de sensibilité et d'un exceptionnel sens de l'observation de la nature humaine, Gilles Legardinier nous entraîne cette fois au coeur d'une troupe réjouissante, à la croisée des chemins.

Certains pourront peut-être dire que c'est du roman de gare et pas très spirituel. Personnellement je trouve qu'avec le temps Legardinier s'étoffe, qu'il parle de plus en plus de la nature humaine et qu'on se retrouve souvent dans ce qu'il dit.

Et ce qui m'épate également beaucoup, c'est de voir comment cet homme peut ressentir les émotions des femmes avec un si belle justesse. 

Qui plus est, nous pouvons tous nous retrouver dans ce livre: la dame de 60 ans, qui s'interroge sur sa vie et celui avec qui elle la partage (comment être sur qu'elle ne s'est pas trompée et qu'elle l'a vraiment aimé ou alors est-ce seulement la routine qui la fait rester avec lui), celle de quarante ans qui s'est fait larguée, qui tente d'élever du mieux qu'elle peut son fils et qui va apprendre à ne plus se laisser marcher sur les pieds, la toute jeunette qui est passée de mec en mec pour se prouver qu'elle peut plaire mais qui va tomber réellement amoureuse... Et puis on trouve aussi des hommes: celui qui va tout faire pour sa femme qu'il a du mal à suivre, celui qui pense que cette fille trop belle n'est pas pour lui... 

Bref, un petit plaisir à lire!

Le deuxième, que je ne pouvais pas ne pas lire après avoir lu Sapiens:

Que deviendront nos démocraties quand Google et Facebook connaîtront nos goûts et nos préférences politiques mieux que nous-mêmes ? Qu'adviendra-t-il de l'Etat providence lorsque nous, les humains, serons évincés du marché de l'emploi par des ordinateurs plus performants ? Quelle utilisation certaines religions feront-elles de la manipulation génétique ?
Homo Deus nous dévoile ce que sera le monde d'aujourd'hui lorsque, à nos mythes collectifs tels que les dieux, l'argent, l'égalité et la liberté, s'allieront de nouvelles technologies démiurgiques. Et que les algorithmes, de plus en plus intelligents, pourront se passer de notre pouvoir de décision. Car, tandis que l'Homo Sapiens devient un Homo Deus, nous nous forgeons un nouveau destin.
Best-seller international - plus de 200 000 exemplaires vendus en France, traduit dans près de 40 langues - Sapiens interrogeait l'histoire de l'humanité, de l'âge de la pierre à l'ère de la Silicon Valley. Le nouveau livre de Yuval Noah Harari offre un aperçu vertigineux des rêves et des cauchemars qui façonneront le XXIe siècle.

Comme le premier, SAPIENS, j'ai adoré mais ce livre ne peut pas se résumer ni se raconter. Je pense même que comme le premier, il faudrait l'avoir dans sa bibliothèque personnelle pour pouvoir le lire par petits morceaux autant il est impossible de lire les quelques 600 pages qui le composent d'une traite. A chaque paragraphe, il faut réfléchir à ce que l'on vient de lire, l'analyser, le digérer... 

Par contre, ce livre nous montre nos limites et l'on se dit que si vraiment notre futur est tel que l'auteur l'imagine, il est bien noir et démoralisant. Bref, à lire pour que, justement, cela n'arrive pas!

Le dernier: 

Dans une île du nord de la Norvège, un endroit désert, magnifique et spectral où l’été est miraculeusement doux et radieux, Liv vit avec sa mère, un peintre qui s’est retiré là en pleine gloire pour mieux travailler. Son seul ami est un vieil homme qui lui raconte des histoires de trolls, de sirènes et de la huldra, une créature surnaturelle qui apparaît sous les traits d’une femme à l’irrésistible beauté, pour séduire les jeunes gens et les conduire à affronter les dangers et la mort. Noyades inexplicables et disparitions énigmatiques se succèdent au cours des nuits blanches de cet été arctique qui donne aux choses un contour irréel, fantasmagorique. Incapable de sortir de l’adolescence et de vivre dans le monde réel, Liv erre dans ce paysage halluciné et se laisse dangereusement absorber dans la contemplation des mystères qu’il recèle. Voici un livre d’une intense poésie. Lyrique. Féérique. Dérangeant. Comme souvent chez Burnside, on est à la limite – difficile à appréhender – entre ce qu’on sait et ce qu’on rêve. On est aussi dans un grand thriller.

J'ai lu de très bonnes critiques de ce livre mais j'avoue que moi, je n'ai pas aimé du tout. Pourtant je l'ai terminé mais en le lisant en diagonale. En fait, au début on nous parle de noyés, de Liv et de sa mère et on se dit qu'il va y avoir une enquête. Puis Liv reçoit une lettre de l'amie de son père et là on se dit qu'il va se passer quelque chose, qu'on va apprendre d'où elle vient, pourquoi elle ne le connait pas... mais à chaque fois, ce qu'on espère ne se réalise pas et je trouve que ce livre, de ce fait, manque d'action. 

Je l'ai terminé car jusqu'à la fin, je me disais "il va bien se passer un truc, on va nous dévoiler un secret à la fin..." Et bien non. Qui plus est, je trouve la fin vraiment bizarroïde... Alors je ne suis peut-être pas assez philosophe pour ce genre d'ouvrage mais tant pis, je l'assume et je déclare que je ne conseillerais pas ce livre.

Sur ce, passez une bonne soirée, et à bientôt pour d'autres découvertes.

 

Posté par lilofe01 à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 janvier 2018

On en revient encore à cela...

thFLEUAK20

Bonjour, 

Aujourd'hui encore pas de broderie... (je me demande d'ailleurs si ce blog ne va pas devenir tout simplement un endroit où je peux revoir les livres que j'ai lus. De toute façon, vu l'état de mon dos encore actuellement, il m'est impossible de me poser sur une toile ou sur du tissu)

Et donc comme je le disais juste au dessus, effectivement aujourd'hui encore un un livre à vous présenter.

Vous souffrez probablement d'une forme de routinite aiguë. - Une quoi ? - Une routinite aiguë. C'est une affection de l'âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptômes sont presque toujours les mêmes : baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude... - Mais... Comment vous savez tout ça ? - Je suis routinologue. - Routino-quoi ? Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l'y aider, elle n'hésite pas longtemps : elle fonce. À travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves...

Ce livre, comme beaucoup d'autres en ce moment, parle du mal être que la plupart des gens peuvent ressentir dans cette société où tout va trop vite, trop loin et où on se sent quelque fois perdu ou dépassé parce ce qui nous entoure.

Comme je travaille beaucoup sur moi-même et mon entourage en ce moment, cela tombe bien, et donc je l'ai beaucoup apprecié. 

On y retrouve aussi un mode de communication qui réussit bien en ce moment: la CNV ou communication non violente. Je vous en avais déjà parlé lors de ma lecture du livre "cessez d'être gentil, soyez vrai!"

Je continue à travailler là dessus (avec l'aide d'une amie qui se reconnaitra surement si elle lit ces lignes)et  si vous voulez aussi plus d'information, vous pouvez aussi aller faire un tour sur la page facebook de l'apprentie girafe ou sur son blog: cnv-apprentiegirafe.blogspot.fr/

Bref encore un livre qui fait du bien à lire. 

Sur ce, je vous laisse, passez une belle journée et à bientôt!

Posté par lilofe01 à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 janvier 2018

Un "bof" et un "vraiment pas"

thDV4YIE1OBonjour, 

Tout d'abord comme le veut la tradition pour ce 1er message de 2018, laissez moi vous présenter tous mes voeux pour cette nouvelle année.

Durant les vacances scolaires, j'ai entamé 2 livres. Un que je qualifierais tout d'abord de "Bof".

Pourquoi ce terme. Tout simplement parce qu'il se lit mais qu'il n'est pas transcendant non plus. C'est l'histoire de beaucoup de femmes au foyer qui veulent faire quelque chose de leur vie et qui, au final, se retrouvent vieilles avec des enfants partis et un mari qui a oublié, un peu, qu'on existait autrement que devant les fourneaux ou à faire le ménage. Mais je m'attendais à un livre plus drôle...Enfin... je l'ai terminé tout de même!

Les mille talents d'Euridice Gusmão par BatalhaL'histoire d'Euridice Gusmao, ça pourrait être la vôtre, ou la mienne. Celle de toutes les femmes à qui on explique qu'elles ne doivent pas trop penser. Et qui choisissent de faire autrement.
"Responsable de l'augmentation de 100 % du noyau familial en moins de deux ans, Euridice décida de se désinvestir de l'aspect physique de ses devoirs matrimoniaux. Comme il était impossible de faire entendre raison à Antenor, elle se fit comprendre par les kilos qu'elle accumula. C'est vrai, les kilos parlent, les kilos crient, et exigent - Ne me touche plus jamais. Euridice faisait durer le café du matin jusqu'au petit déjeuner de dix heures, le déjeuner jusqu'au goûter de quatre heures, et le dîner jusqu'au souper de neuf heures. Euridice gagna trois mentons. Constatant qu'elle avait atteint la ligne, cette ligne à partir de laquelle son mari ne s'approcherait plus d'elle, elle adopta à nouveau un rythme alimentaire sain"

par contre, un livre "vraiment pas", c'est le second que j'ai voulu lire. 
Pas qu'il  ne soit pas intéressant, loin s'en faut mais c'est que lorsqu'on commence à le lire, on se dit que tout aurait pu, peut-être, être évité, que beaucoup de choses ont été survolées, pas assez appronfondies et qu'à laisser faire, cela arrivera encore souvent. Bref pour ne pas m'enerver, je l'ai vite lâché car sinon, je crois que je n'aurais plus dormi sur mes 2 oreilles...

Après à vous de juger.

Les crimes de Mohamed Merah en mars 2012 ont fait entrer la France dans une nouvelle ère de terrorisme qui n est pas près de s achever. Les récits médiatiques de ces épisodes sanglants sont truffés de contradictions, de trous, d erreurs. Pour la première fois, une enquête de longue haleine déroule le fil réel des événements mais aussi l incroyable parcours de Mohamed Merah, de l enfance jusqu à ses odyssées secrètes en terre de djihad.
Explosif, ce livre dévoile de nombreux aspects restés obscurs : les agissements de la nébuleuse islamo-mafieuse qui évolue entre Toulouse, l Espagne et la Belgique, les relations de Merah avec les femmes et son mariage inattendu, le rôle trouble de sa mère et de son grand frère Abdelkader, un salafiste fasciné par les cadavres
et adepte des désenvoûtements, l inaction des gendarmes qui se trouvaient sur la scène du premier crime, ou encore le « casse » nocturne d une bijouterie par Merah entre deux meurtres...
L auteur n a pas seulement interrogé les témoins, les familles de victimes, les enquêteurs : il a aussi retrouvé et interrogé le capitaine de l armée américaine qui a interrogé Merah en Afghanistan avant de le signaler aux services français, un responsable des services secrets pakistanais, son homologue libyen... Il a eu accès aux dizaines de milliers de pages du dossier d instruction.
La liste des erreurs de jugement, des dysfonctionnements, des lenteurs et rivalités accumulés dans ce dossier est accablante. Merah aurait pu être stoppé plus vite. Il a à la fois manifesté un grand sens de l adaptation et bénéficié de bévues incroyables. Aujourd hui encore, nos services ne sont pas correctement armés pour faire face à cette nouvelle menace. Pire : ils n ont pas appris à penser comme cette nouvelle génération de djihadistes.
Il est urgent d apprendre à connaître Merah, et sa véritable histoire, pour comprendre ce qui nous attend.

Ce sont sur ces 2 livres que je vous laisse pour ce soir, passez une belle soirée et à bientôt! 

Posté par lilofe01 à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2017

On la trouvait plutôt jolie.

thQOB2JC6KBonjour, bonjour, 

Alors comment allez vous ce matin? Prêtes à attaquer la nouvelle année? 

Personnellement j'ai mal dormi cette nuit mais pour la lectrice que je suis, une nuit où on dort mal est égale à une nuit où on finit un livre, ce n'est pas très grave. 

Et donc aujourd'hui, je vous parle de ça: 

Du désert sahélien à la jungle urbaine marseillaise, en quatre jours et trois nuits...
Un suspense renversant et bouleversant.

" – Qu'est-ce qui ne va pas, Leyli ? Vous êtes jolie.
Vous avez trois jolis enfants. Bamby, Alpha, Tidiane. Vous vous en êtes bien sortie.
– Ce sont les apparences, tout ça. Du vent. Il nous manque l'essentiel. Je suis une mauvaise mère. Mes trois enfants sont condamnés. Mon seul espoir est que l'un d'eux, l'un d'eux peut-être, échappe au sortilège.
Elle ferma les yeux. Il demanda encore :
– Qui l'a lancé, ce sortilège ?
– Vous. Moi. La terre entière. Personne n'est innocent dans cette affaire. "

J'aime bien Michel Bussi et son style mais là je suis un peu mitigée. Je m'explique. 

Dès le début, ce livre m'a tenu en haleine: des meutres, un secret, l'histoire d'une jeune africaine qui perd la vue, des clandestins qui essayent de passer en France... Bref, tous les ingrédients étaient là pour que j'ai envie, à chaque page, de savoir la suite.

De plus, j'arrive souvent à savoir où l'auteur veut en venir dans les livres à suspens et là, non des choses me manquaient et j'envisageais difficilement la fin. J'ai tout inventé dans ma tête...

Et quand je suis arrivée à la dernière page, je me suis dit "ah oui, quand même, il fallait chercher loin!"

Du coup, je trouve que le roman en entier est un peu tiré par les cheveux. Après je pense que tout ce qui est écrit peut arriver rééllement et que nous sommes loin, petit commun des mortels, de savoir tout ce qui se passe dans le monde.

Enfin, tout cela ne m'empêche pas de vous conseiller ce livre qui vous fera passer un bon moment.

Sur ce, passez une belle journée, même si ici elle s'annonce très pluvieuse, et à bientôt! 

Et si jamais le titre vous rappelait quelque chose, allez écouter ou réécouter ceci

Posté par lilofe01 à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 décembre 2017

Nous en sommes encore....

Winter_reading_Bear_and_Wren-300x300Bonjour, 

Hier, je vous parlais de lectures que je n'avais pas appréciées. Et bien aujourd'hui, c'est le contraire. 

J'ai beaucoup aimé le livre dont je viens vous parler. 

Au début lorsque j'ai lu le 4ème de couverture, je me suis dit "oui, bof, pourquoi pas..." Bref, je n'étais pas plus emballée que cela.

Et puis il faut dire que c'est un gros pavé de plus de 500 pages.

Mais je ne regrette pas de l'avoir emprunté.

41HtOsNN4WLIl y a 100 000 ans, la Terre était habitée par au moins six espèces différentes d hominidés. Une seule a survécu. Nous, les Homo Sapiens.
Comment notre espèce a-t-elle réussi à dominer la planète ? Pourquoi nos ancêtres ont-ils uni leurs forces pour créer villes et royaumes ? Comment en sommes-nous arrivés à créer les concepts de religion, de nation, de droits de l homme ? À dépendre de l argent, des livres et des lois ? À devenir esclaves de la bureaucratie, des horaires, de la consommation de masse ? Et à quoi ressemblera notre monde dans le millénaire à venir ?

Véritable phénomène d édition, traduit dans une trentaine de langues, Sapiens est un livre audacieux, érudit et provocateur. Professeur d Histoire à l Université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari mêle l Histoire à la Science pour remettre en cause tout ce que nous pensions savoir sur l humanité : nos pensées, nos actes, notre héritage... et notre futur.

Il est impossible de résumer ce livre et d'en détailler un morceau. Il faut le lire pour le comprendre. Par contre, si vous devez un jour l'avoir entre les mains, ne pensez pas le lire en une seule fois, il mérite qu'on réfléchisse à chaque passage et donc il doit être lu par petits morceaux. Il serait même judicieux je pense, de le relire de temps en temps car il donne à réfléchir à ce que nous sommes et ce que nous devenons. 

On peut ne pas adhérer à tout ce qui est noté dans cet ouvrage mais il a vraiment le mérite de nous faire retourner en arrière et nous demander "avons - nous gagné grâce à la modernité ou n'aurait-il pas mieux valu que nous restions des chasseurs cueilleurs? "

J'avoue que chaque jour, en regardant les infos, on peut vraiment se le demander.

Bref, un conseil, lisez ce livre. 

Par contre, attention, certains passages sont complexes à comprendre et demandent réflexion!

Quant à moi j'ai déjà prévu de lire la "suite": Homo Deus.

Sur ce, je vous quitte, bonne fin de journée et à bientôt.

Posté par lilofe01 à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2017

On ne peut pas toujours aimer!

 

thHXAYF0F5

Bonjour, 

Aujourd'hui le froid et la neige sont revenus sur notre maison, cela nous rappelle que depuis quelques jours nous sommes entrés en hiver. (et que par la même occasion nous avons fêté l'année de plus de zom qui est né le jour de l'hiver!)

Et tout d'abord avant de vous parler de lecture, j'espère que vous avez tous passé un 2B05wiPkILxS8mGz9P67IzvAMXE, que vous avez pu profiter en famille ou entre amis et que le Père Noël vous a bien gâté. 

Pour ma part, je profite de zom et des enfants et de lectures en retard. Par contre, comme le titre l'indique, il arrive quelque fois que je n'adhère pas un livre et aujourd'hui c'est même à 2 livres que je n'ai pas du tout adhérés.

Pourtant les 4ème de couverture m'avaient plu.

Le premier:

Un matin d'octobre 1941, dans un château sinistre au fin fond du Périgord, Henri Girard appelle au secours : dans la nuit, son père, sa tante et la bonne ont été massacrés à coups de serpe. Il est le seul survivant. Toutes les portes étaient fermées, aucune effraction n'est constatée. Dépensier, arrogant, violent, le jeune homme est l'unique héritier des victimes. Deux jours plus tôt, il a emprunté l'arme du crime aux voisins. Pourtant, au terme d'un procès retentissant (et trouble par certains aspects), il est acquitté et l'enquête abandonnée. Alors que l'opinion publique reste convaincue de sa culpabilité, Henri s'exile au Venezuela. Il rentre en France en 1950 avec le manuscrit du Salaire de la peur, écrit sous le pseudonyme de Georges Arnaud.
Jamais le mystère du triple assassinat du château d'Escoire ne sera élucidé, laissant planer autour d'Henri Girard, jusqu'à la fin de sa vie (qui fut complexe, bouillonnante, exemplaire à bien des égards), un halo noir et sulfureux. Jamais, jusqu'à ce qu'un écrivain têtu et minutieux s'en mêle...
Un fait divers aussi diabolique, un personnage aussi ambigu qu'Henri Girard ne pouvaient laisser Philippe Jaenada indifférent. Enfilant le costume de l'inspecteur amateur (complètement loufoque, mais plus sagace qu'il n'y paraît), il s'est plongé dans les archives, a reconstitué l'enquête et déniché les indices les plus ténus pour nous livrer ce récit haletant dont l'issue pourrait bien résoudre une énigme vieille de soixante-quinze ans.

Au bout de 60 pages, j'ai du lâcher ce livre. Le style ne me plait pas du tout, trop de détails, de retours sur d'autres ouvrages que je n'ai pas lu, un style embrouillé. Bref, il a peut-être eu le prix femina mais il n'était pas pour moi.

Le second:

1949  : Josef Mengele arrive en Argentine.
Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz  croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit… jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.
Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet, trente ans durant  ?
La Disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au cœur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition. Voici l’odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.

Après le premier livre lu sans accrocher, j'ai tenté de me tenir à celui-ci en me disant qu'il fallait que j'aille plus loin dans ma lecture. J'en ai donc lu plus de 130 pages (sur les 230 que comptent le livre). Mais impossible de poursuivre. J'avais l'impression de lire Wikipédia encore et encore. C'est une succesion de dates, de noms, de lieux auxquels je n'arrive pas à me raccrocher. 

Je me dis que je dois être trop "ignare" sur certains sujets abordés car pour pouvoir suivre, j'ai l'impression qu'il faudrait que je sache bien plus de choses sur l'Argentine et Peron, sur la politique d'alors... Et j'avoue que je ne m'y suis jamais beaucoup intéressée.

Bref, encore un prix Renaudot qui n'est pas pour moi.

Alors, désolé pour les auteurs qui apparemment suscitent beaucoup d'engouement chez d'autres lecteurs mais voilà, il m'arrive de ne pas aimer, je ne vais pas me forcer. 

Après, libre à vous de vous faire votre opinion.

Sur ce, je vous quitte, passez une belle soirée et à bientôt! 

Posté par lilofe01 à 21:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]