th2

Bonjour, 

Aujourd'hui je vais vous parler de plusieurs romans en même temps. Pourquoi, alors que d'habitude je ne vous en mets qu'un à la fois. 

Et bien tout simplement parce que, oui je les ai lus, oui, je les ai terminés, mais bon, ils ne m'ont pas transcendé.

Le 1er: Belle d'amour.

51++BcXiD5LExperte en amour, pâtisseries et chansons de troubadour. Tiphanie dite Belle d'amour a été l'une des suivantes de Saint Louis et a participé, en première ligne, aux deux dernières croisades en Orient, biais sa vie, qui aurait pu être un conte de fées, tourne souvent au cauchemar. Jetée très jeune sur les chemins du royaume après la condamnation à mort de ses parents, elle est réduite en esclavage à Paris d'où elle s'échappe pour répondre à l'appel des croisés, s'embarquer vers la Terre sainte et entamer un voyage d'initiation. Grâce à ses talents de guérisseuse, elle gagnera la confiance du roi avant (l'apprendre auprès de lui l'Islam, la guerre et beaucoup d'autres choses. Epopée truculente et pleine de rebondissements, Belle d'amour raconte un destin de femme ruais aussi le Moyen Age au temps des croisades. Une époque qui rappelle beaucoup la nôtre : politique et religion s'y entremêlent pendant que l'Orient et l'Occident se font la guerre au nom de Dieu.

Lorsque j'ai lu le quatrième de couverture, je me suis dit "chouette, je vais apprendre plein de trucs sur les croisades"

Et bien pas du tout, enfin si mais trop peu pour que cela me convienne. On le lit surtout comme une histoire d'amour (et encore vu que la charmante dame se fait "embrocher" par pas mal de messieurs pas tous convenables) et heureusement il se lit très vite.

De plus, je ne suis pas sur que l'auteur ait bien fait attention à certains passages car, même s'il s'en défend, je le trouve un peu "raciste" dans ses propos. 

Le second: L'oiseau des neiges

51W+MmsxMwL

Janvier 1831. Aurelia Vennaway, huit ans, héritière d'une riche famille aristocratique du comté de Surrey, découvre lors d'une promenade dans les bois du domaine familial un nouveau-né bleu de froid, posé à même la neige. Malgré l'hostilité de ses parents, elle réussit à leur faire recueillir l'enfant, qu'elle baptise Amy Snow.
A ses dix-huit ans, on découvre à Aurelia une maladie qui lui laisse peu de temps à vivre. Elle décide donc de partir en voyage quelques mois. Avant de mourir, elle laisse pour Amy une série de lettres qui vont l'aider à découvrir qui elle est et lui transmettre l'héritage qui lui revient. Amy s'embarque alors pour un périple aux quatre coins de l'Angleterre, avec, à chaque étape, une énigme à résoudre.

Ce livre, comme le précédent, se lit très rapidement car même s'il n'est pas transcendant, on se demande jusqu'à la fin si l'on va connaitre la réalité de la naissance d'Amy Snow. On la connaitra, je vous rassure mais bien loin de tout ce à quoi je m'attendais. 

Bref, un livre à lire comme un roman de gare, sur la plage, ou vraiment pour passer le temps mais pas plus. Après, effectivement il ne faut pas beaucoup réfléchir et quelque fois, ça fait du bien aussi!

Voilà, je vous quitte, bizzz et à bientôt.